Petites Cités Comtoises de Caractère
Mardi 26 septembre 2017
20.2°
Scey sur Saône
Cité comtoise
ombre menu
Scey
La commune | Patrimoine

Fontaines, calvaires et lavoirs


Scey-Sur-Saône abrite nombre de fontaines, calvaires et lavoirs.
Même s’il en reste un certain nombre, beaucoup d’entre eux ont été détruits à travers le temps. La fontaine Larie doit son appellation à une source qui provient d’une dérivation de la Saône datant de 1820.
Le dernier des lavoirs publics de Scey-sur-Saône a la particularité d’être couvert, ce qui améliorait quelque peu les conditions de travail des lavandières.

  Fontaine Larie

Calvaire

 

 

Les précieux témoignages de l’expression de la foi que sont les calvaires peuvent avoir diverses fonctions : points de prière, actions de grâce, protection contre le mauvais sort, acte de dévotion ou souvenir d’un défunt, événement malheureux, croix de mission….

Parmi ceux de Scey-sur-Saône, nous citerons le calvaire de Saint-Albin qui se situe sur la route de Saint-Albin et qui est classé monument historique.

 

Le Calvaire de Saint Albin

Situé à côté de l’ancienne église de Saint Albin, ce calvaire fut édifié en 1607 par Messire Thibaud, curé de Gevigney et Père Curé de Saint Albin. Sa partie supérieure a été démontée et cachée dans la Saône pendant la Révolution par les habitants du village pour le protéger des exactions. Le calvaire abrite sur sa face principale une statue représentant une vierge aux sept douleurs entre deux belles colonnes doriques. Ses trois autres faces sont ornées de sculptures représentant l'agneau Pascal, la tentation d’Adam et Eve et le serpent d'airain.

    Calvaire de Saint Albin

Notre Dame de Lorette

Dans les bois attenants au château se trouve un lieu spirituel : Notre Dame de Lorette. La légende raconte que Mère Louvard (une vieille dame) et Louisette mordant (une jeune fille) ramassaient du bois mort quand le Comte Jean de Rupt qui était à la chasse ce jour là voulut abuser de la jeune fille. Celle-ci préféra se noyer dans l’étang non loin de là plutôt que de céder à ses avances. Listenois De Bauffremont, seigneur de Scey assista impuissant aux derniers moments du drame et fit comparaître Jean devant un tribunal afin de la faire juger pour son crime. reconnu coupable, Jean eut la possibilité de partir en croisade et évita ainsi la potence. De retour 20 ans plus tard, il plaça une statuette dans le chêne qui se trouvait sur le lieu de son crime afin de demander pardon.
Depuis à cet endroit, un monument a été construit, une statue de la Vierge installée après la guerre de 1870 et une croix celtique érigée en l’honneur de Saint Colomban.

  Notre-Dame de Lorette


ombre bas