Petites Cités Comtoises de Caractère
Vendredi 28 juillet 2017
18.2°
Scey sur Saône
Cité comtoise
ombre menu
Scey
La commune | Patrimoine

Histoire


Le blason de Scey sur SaôneUne barque creusée dans un tronc d’arbre a été découverte dans la Saône à saint Albin, au lieu-dit « les iles ». Dans d’anciens marécages, des pieux fichés ont été apparentés pendant des années à des vestiges d’habitations lacustres.
Les occupations celtes et romaines ont laissées leurs traces : des restes de maçonneries et de fondations, des médailles romaines ainsi qu’un piédestal en bronze de ces époques ont été trouvés sur l’emplacement d’une des sources salées (La Duel).
Scey-Sur-Saône était un fief du comté de Bourgogne et appartenait, au 12ème siècle à la branche cadette des comtes. Transmises de successions en successions, les terres de Scey-Sur-Saône furent apportées en dot à Liébaud de Bauffremont, gouverneur lieutenant du comté de Bourgogne pour Philippe Le Bel. La famille de Bauffremont en conserva la seigneurie jusqu’à la révolution et la propriété jusqu’à la fin du 19ème siècle.

Saint Albin

Au XIIème siècle, les Augustins construisirent un prieuré en l’honneur de Saint Albin, Evêque d’Angers au Vème siècle.
Ce hameau était commune a part entière en 1790 et fut rattaché à la commune de Scey-sur-Saône par un décret du 10 mars 1807.
Scey-sur-Saône, Ovanches ou Chassey les Scey dépendaient de la paroisse de saint Albin. En 1817 lors de la vente du prieuré, des meubles, tableaux et objets de culte ont été partagés avec ces trois communes.
Des sites classés monuments historiques sont aussi présent sur le hameau : Le canal et un calvaire.

La famille De Bauffremont

Vitrail aux armes des BauffremontLa famille De Bauffremont arriva à Scey-sur-Saône lors du mariage entre Liébaut De Bauffremont en 1265 et Marguerite de Choiseul qui l’apporta en dot. Elle en conserva la seigneurie jusqu’à la révolution de 1789 et la propriété jusqu’à la fin du XIXème siècle. C’est ainsi que pendant six siècles l’histoire de notre commune fut liée à celle de la branche des Bauffremont de Scey-sur-Saône. Cette très ancienne lignée accumula, au fil des siècles, les distinctions, titres, honneurs et alliances les plus illustres.

On retrouve les Bauffremont vers l’An 400 et ces derniers ont été liés par mariage à de très illustres seigneurs. Le chevalier Liébaud De Bauffremont descendait lui-même d’une ancienne et glorieuse famille, propriétaire d’un château à Baufremont, près de Neufchâteau en Lorraine, et comptait parmi ses ancêtres proches Liébaud II et Hugues De Bauffremont, croisés en 1190, et dont les armes sont conservées dans la salle des croisades à Versailles.
Leur Devise était : “Dieu ayde au premier Chréstien”. deux explications nous sont fournies par la littérature ; un ascendant, roi des Bourguignons sous le nom de Bauffremontius aurait conseillé à l’empereur romain d’occident et au roi d’Espagne de se convertir.  D’autres prétendent que cette devise serait venue du baptême chrétien d’un Bauffremont par Saint Rémi à Reims en 496 aux côtés du roi  Clovis en personne.
Quant à leur légende : “Plus Deuil que Joie” écrite en lettres d’argent sur un listel de sable bordé de violet et placé au dessus de l’écu, elle signifie que la famille a été touchée par de nombreux décès.

Les armes anciennes figurent sur un des grands vitraux de l’Eglise de Scey-sur-Saône, dans la chapelles familiale mais au fil des alliances les armoiries évoluèrent.
Aujourd’hui la branche descendante directe des Bauffremont de Scey-sur-Saône réside à Baufremont  dans les Vosges.

 


ombre bas